MADIRAN - PACHERENC du VIC BILH

         L’histoire de Madiran débute au XIème siècle avec l’installation des moines bénédictins qui fondent le Prieuré de Madiran. Les moines développent une viticulture rudimentaire principalement consacrée à la consommation locale et à celle des montagnards pyrénéens. A cette époque la production de vin à Madiran est facile car le raisin est très fructifère. D'un profil « rustique », sa bonne résistance, au transport notamment, le conduit à être utilisé pour renforcer les vins d’autres régions les années de petites récoltes.

          Peu à peu le vin de Madiran devient naturellement un vin de messe. Sa renommée est assurée par les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui empruntent la voie Aire-sur-Adour/Lescar.Au XVIIème siècle, avec l’essor du transport maritime, via l’Adour et le port de Bayonne, les vins conquièrent les populations du Nord. La Hollande est la première terre d’accueil des Pacherenc moelleux, qui seront rapidement suivis des vins rouges de Madiran.

          Le XXème siècle marque un tournant pour les vins de Madiran. Les vignerons se structurent. En 1948 un décret d’appellation vient consacrer les appellations "Madiran" et "Pacherenc du Vic-Bilh". Dans les années 60 on assiste aux premières mises en bouteille. Dans les années 80, sous l’impulsion de quelques pionniers, l’appellation amorce un véritable virage vers la production de vins de qualité. Ils comprennent que pour être plus qualitatifs il faut conduire le cépage à contre nature et faire intervenir l’homme à la vigne comme au chai afin d’obtenir des vins souples et racés. C’est dans les années 2000 que les vignerons de Madiran affirment leur expertise et connaissent leurs premières heures de gloire, perfectionnant millésime après millésime leur savoir-faire unique au service d'un cépage rare.


          L’AOC Madiran est une appellation de 1400 ha qui s’étend sur trois départements : les Pyrénées-Atlantiques (64), les Hautes-Pyrénées (65) et le Gers (32). Le vignoble très ancien datant de la civilisation Gallo-Romaine a été classé en AOC en 1948. Les cépages qui le compose sont principalement le Tannat, le Cabernet Franc, le Cabernet Sauvignon et le Fer Servadou (Pinenc). Ils donnent des vins rouges colorés, puissants et élégants.

 

          L’AOC Pacherenc du Vic-Bilh est une appellation de 300 ha qui se situe sur la même aire géographique que le Madiran mais elle est destinée aux vins blancs. Ces derniers se déclinent en sec ou en moelleux. Les cépages utilisés sont les Petit et Gros Manseng, le Petit Courbu et l’Arrufiac. Les vins obtenus sont gras, puissants et charmeurs.

 

 

CÔTES DE GASCOGNE

          La Gascogne, terre de convivialité, ne date pas d’aujourd’hui ! Comme en témoigne la mosaïque préservée du temps sur le site de la villa gallo-romaine de Séviac, à Montréal du Gers, le vignoble gascon existait déjà il y a 1 600 ans.

A cette époque, les rivières de l’Adour et de la Baïse représentaient des voies privilégiées pour l’acheminement des vins vers les pays nordiques. La Gascogne, région généreuse et verdoyante nichée aux pieds des Pyrénées et aux portes de l’Atlantique, dédiait déjà presque entièrement ses coteaux et vallons à l’art de la vigne.


          Aujourd'hui, près des deux tiers de la surface du vignoble armagnacais (13 000 ha) sont consacrés à la production des Vins des Côtes de Gascogne. Une terre prédisposée... Océanique et tempéré, le climat gersois offre un cadre privilégié : juste ce qu’il faut de soleil, de pluie et de fraîcheur pour dorloter les vignes et laisser éclore à maturité optimale, une riche palette aromatique, complexe, séduisante... Nos vins se nourrissent également de la richesse des sols typiquement gascons. A l’est, le Terrefort : une terre argileuse, plantée sur une roche mère calcaire. A l’ouest, les Sables Fauves et les Boulbènes, faites d’argile et de limons mêlés. Une diversité d’environnement propice au tempérament et à la plénitude...

NOS SIGNES DE QUALITE